Coucou c'est elle, cette petite femme

Coucou c'est elle, ce paradoxe.

Presque un mystère, une devinette

Mais c'est bien elle la non parfaite !

J'ai longtemps cherché autour de moi

De grandes réponses, de doux mystères

Mais j'avais beau dire et beau faire

Je courais toujours après le pourquoi

De ma venue là, sur la Terre

Sans une clé, sans points de repères

De jour en jour, c'est ça je erre.

Coucou c'est moi la p'tite femme

Ce paradoxe, cette autre Âme.

Aujourd'hui, je n'ai toujours pas la clé

Ce que je sens, c'est que les fées

Ont beau me faire toujours rêver

Elles peuvent aussi me faire pleurer

Que la Terre est une Entité

Si belle et aussi si malmenée

Que le ciel ce matin si bleu

Peut devenir très nuageux

Que je ne suis surtout pas un ange,

Que je suis aussi celle qui dérange

Que je vis d'amour, d'abstinence

De douceur et de patience

De colères et de tant d'impatiences

Et oui c'est moi la p'tite femme

Le paradoxe, l'étrange dame

Qui pour trouver la clé de la Tour

Ne rêve plus, voit tout autour

Le mal qui fait naître le bien

Le bien qui montre souvent le mal

Qui ouvre tout grand son coeur

Aux petits malheurs au doux bonheur

Pour n'être plus une devinette

Mais juste une femme, un être

Qui, toute à sa quête

Accepte tout pour n'être rien

Rien qu'une p'tite femme

Un point dans le Tout.

(Eymecé mars 2011)